Didier Delahaye presents the works of Georges Brassens

Song for an Earth Angel


Song for an earth angel

This song is for thee, earth angel Ye Acadian who without fail Gave me a shovelful of coal When deep in my life I was cold Ye who for me lit up a fire When noble dame and gentle squire The warmer than thou populace Had slammed their door into my face.

T’was but a handful of embers But it warmed up my very soul And in my heart it filled a hole With a fire fit for heaven.

Ye Acadian when you will die When a loved one will close your eyes May your spirit go soaring high Way up in the sky.

This song is for thee, earth angel Ye housekeeper who without fail Gave me a simple chunk of bread When hunger had left me for dead Ye who opened up your pantry When the well-heeled landed gentry The heartier than thou populace Had laughed my hunger to my face.

T’was but a little bit of bread But it fed me down to my soul And in my heart it filled a hole With a banquet fit for heaven.

Ye housekeeper when you will die When a loved one will close your eyes May your spirit go soaring high Way up in the sky.

This song is for thee, earth angel Ye dark stranger who without fail Gave me a smile of empathy When the law put the cuffs on me Ye who did not cheer up loudly When proper gent and nice lady The holier than thou populace Had thrown the book into my face.

T’was but a mere drop of honey But its kindness appeased my soul And in my heart it filled a hole With a sweetness fit for heaven.

Ye dark stranger when you will die When a loved one will close your eyes May your spirit go soaring high Way up in the sky.

© Didier Delahaye, 2002

Chanson pour l’Auvergnat

Elle est à toi cette chanson Toi l’Auvergnat qui sans façon M’as donné quatre bouts de bois Quand dans ma vie il faisait froid Toi qui m’as donné du feu quand Les croquantes et les croquants Tous les gens bien intentionnés M’avaient fermé la porte au nez.

Ce n’était rien qu’un feu de bois Mais il m’avait chauffé le corps Et dans mon âme il brûle encore A la manièr’ d’un feu de joie.

Toi l’auvergnat quand tu mourras Quand le croqu’mort t’emportera Qu’il te conduise à travers ciel Au père éternel.

Elle est à toi cette chanson Toi l’hôtesse qui sans façon M’as donné quatre bouts de pain Quand dans ma vie il faisait faim Toi qui m’ouvris ta huche quand Les croquantes et les croquants Tous les gens bien intentionnés S’amusaient a me voir jeûner.

Ce n’était rien qu’un peu de pain Mais il m’avait chauffé le corps Et dans mon âme il brûle encore A la manièr’ d’un grand festin.

Toi l’hôtesse quand tu mourras Quand le croqu’mort t’emportera Qu’il te conduise à travers ciel Au père éternel.

Elle est à toi cette chanson Toi l’étranger qui sans façon D’un air malheureux m’as souri Lorsque les gendarmes m’ont pris Toi qui n’as pas applaudi quand Les croquantes et les croquants Tous les gens bien intentionnés Riaient de me voir emmener.

Ce n’était rien qu’un peu de miel Mais il m’avait chauffé le corps Et dans mon âme il brûle encore A la manièr’ d’un grand soleil.

Toi l’étranger quand tu mourras Quand le croqu’mort t’emportera Qu’il te conduise à travers ciel Au père éternel.

Georges Brassens, 1954 © Éditions Musicales 57

Original album (25cm LP)

[column size=”1-3″ last=”0″ style=”0″] Georges Brassens, n°3[/column] [column size=”1-3″ last=”0″ style=”0″]

SIDE 1
Les Sabots d’Hélène
Chanson pour l’Auvergnat
La Première Fille
La Prière
Gastibelza – L’homme à la carabine

[/column] [column size=”1-3″ last=”1″ style=”0″]

SIDE 2
La mauvaise herbe
Une jolie fleur (dans une peau d’vache)
Je suis un voyou
Le mauvais sujet repenti
P… de toi

[/column]