Didier Delahaye presents the works of Georges Brassens

L’amour marin


From the album: BrassensREDUX

L’amour marin Sung version, D. Delahaye, 2006

On les r’trouve en raccourci Dans nos p’tits amours d’un jour Tout’s les joies, tous les soucis Des amours qui dur’nt toujours

C’est là l’ sort de la marine Et de tout’s nos petit’s chéries On accoste, vite un bec Pour nos baisers, l’ corps avec!

Et les joies et les bouderies Les fâcheries, les bons retours On les r’trouve en racourci Dans nos p’tits amours d’un jour.

On a ri, on s’est baisé Sur les neunœils, sur les nénés Dans les ch’veux à pleins bécots Pondus comm’ des œufs tout chauds!

Tout c’ qu’on fait dans un seul jour Et comme on allonge le temps Plus d’ trois fois dans un seul jour Content, pas content, content!

Y a dans la chambre une odeur D’amour tendre et de goudron Ca vous met la joie dans le cœur La peine aussi et c’est bon.

On n’est pas la pour causer Mais on pens’ mêm’ dans l’amour On pens’ que d’main y f’ra jour Et qu’ c’est un’ calamité.

C’est là l’ sort de la marine Et de tout’s nos petit’s chéries On accost’ mais on devine Qu’ ça s’ra pas le paradis!

On aura beau s’dépécher Fair’ bon dieu, la pige au temps Et l’ bourrer d’tous nos pêchés Ca n’ s’ra pas ça et pourtant…

Tout’s les joies, tous les soucis Des amours qui dur’nt toujours On les r’trouvent en raccourci Dans nos p’tits amours d’un jour.

on s’en est allé le matin souffler les chandelles des prés ça fatigue une catin ça n’y est pas habitué

on s’est relevé des bleuets les joues rouges et le cœur en joie en effeuillant sur les blés une grand’ marguerite jaune

la mer est là, elle est là-bas qui respire sur les épis et mon bateau que j’y vois se balance sur les épis

on arrive avant d’entrer on se regarde les bras ronds ça m’fait clic au fond de mon fond elle sort sa petite clef

le jour tombe on reste là on s’met au lit c’est meilleur on s’relève pour faire pipi dans le joli pot à fleurs

la mer est là, elle est là-bas qui respire sur les épis et mon bateau que j’y vois se balance sur les épis

on allume la chandelle on s’montre dans tout’ sa beauté vite on s’ recouche on s’relève on s’étire c’est l’été

et l’on garde la chandelle pour mieux se voir et s’admirer on se jure d’être fidèle on s’écoute soupirer

et tout à coup voilà qu’on pleure sans trop savoir pourquoi mon dieu et qu’on veut s’tuer tous les deux et qu’on s’ravise cœur à cœur

alors on se dit tout’ sa vie ça nous intéresse bien peu mais ça n’fait rien on se la dit et l’on croit qu’on se comprend mieux

on s’découvre des qualités on s’connaît on s’plaint et puis demain comme il faut se quitter on n’dit plus rien de tout’ la nuit

la mer est là, elle est là-bas qui respire sur les épis et mon bateau que j’y vois se balance sur les épis

mais la nuit se continue elle ronfle la petit’ poupée plus doucement sur son bras nu qu’une souris dans du blé

alors quoi faut-y pas se plaindre alors faut-y pas bougonner de voir la chandelle s’éteindre en fondant sur la cheminée

on regarde au mur quelque chose qui grimpe, grimp’ jusqu’au plafond ah saleté c’est gris c’est rose v’la le jour rose comme un cochon

et on pleure contre l’oreiller y’en avait just’ un pour nous deux ça suffit on se lève adieu on part sans la réveiller

mais c’qui est le plus triste au fond ç’est que pour nous qui navigons les regrets sont tout aussi longs des petits amours que des grands

et l’on se demand’ malheureux quand on voulait s’tuer tous les deux rester là s’éterniser pourquoi qu’on s’est ravisé

les joies, tous les soucis des amours qui dur’nt toujours on les r’trouvent en raccourci dans nos p’tits amours dans nos p’tits amours Dans nos p’tits amours d’un jour.

Paul Fort © Ballades Françaises, Flammarion

Sailor’s Love Literal translation (almost)

You can take a shortcut to Find in a one-day affair All the joys, all the sorrows Of eternal love, I swear

And so goes the sailor’s lot And of all our lil’ sweethearts You touch land, quick one embrace Full lips and body at once

And the joys, and all the pouts The snits and kiss-and-make-ups You can find a shortcut to In our one-day love affairs

We laughed hard, we kissed harder On the chin-chin, the titties By the mouthful on the hair Smackers like a warm-laid egg

All you can do in one day Since you give time a good run More than three times in a day Lucky, unlucky, who cares

There floats all over the room A scent of love and oakum That fills the ole heart with joy And sorrow too, but that’s good

You’re not there to chat away Tho’ in the midst of love you think You think that morrow will break And that is a true heartbreak

So it goes the sailor’s lot And of all our lil’ sweethearts We touch land, and we can guess That heaven will have to wait

We can rush it all we want And thumb our noses at time And cram it with all our sins That won’t do but in the end

All the joys, all the sorrows Of eternal love, I swear You will find a shortcut to In our one-day love affairs

we went off in the wee morning to blow the candles off the fields it tires out a wench you know when one is not used to it

we got up from the cornflowers with ruddy cheeks and bursting heart plucking a daisy off the wheat a daisy with a yellow heart

the sea is there, just over there breathing out above the chaffs and my boat that I can see is bobbing above the wheat

we get there and we don’t get in we stare each other in the eye it churns me out in my inside she takes out her little key

night falls and you stay right there you go to bed, that’s better you get up to take a wiz in the pretty flower pot

the sea is there, just over there breathing out above the wheat and my boat that I can see is bobbing above the chaffs

we light up the one candle we show off all our good looks quick we lie down, quick we get up we stretch a bit it’s summer

and we keep the candle on the better to see each other and we swear to be faithful and we hear each other sigh

suddenly we burst into tears without really knowing why and we both want to end it all and we think better of it

so we tell each other our life even though who really cares but never mind we spill it out we think we know each other now

we discover some qualities we get to know us, empathize but since tomorrow we will part we shut up the rest of the night

the sea is there, just over there breathing out above the wheat and my boat that I can see is bobbing above the chaffs

but the night goes on and on she is snoring the little doll more softly on her naked arm than a field mouse in the wheat

so what is there to bitch about so what is there to grumble when you see the candle go out as it melts on the fireplace

you watch something across the wall that goes up, up to the ceiling damn it, it is grey, it is pink there comes the day pink as a pig

and you cry upon the pillow there was only one for us two enough already you get up bye you leave without waking her up

but in all this the saddest thing is that for us who are sailing regrets are as strong all the same for any love be small or great

and you wonder with wretched heart when we wanted to end it all and become an eternity why did we ever change our minds

the joys, all the sorrows Of eternal love, I swear You will find a shortcut to In our one-day love affairs

D. Delahaye, 2007

Original album (25cm LP)

[column size=”1-3″ last=”0″ style=”0″] Georges Brassens, n°2
[/column] [column size=”1-3″ last=”0″ style=”0″]

SIDE 1
Le Vent
J’ai rendez-vous avec vous
Les amoureux des bancs publics
Ballade des Dames du Temps Jadis
Comme Hier
Pauvre Martin

[/column] [column size=”1-3″ last=”1″ style=”0″]

SIDE 2
Brave Margot
Il suffit de passer le pont
La Cane De Jeanne
La Marine
Il n’y a pas d’amour heureux

[/column]