Je me présente: Didier Delahaye, français et canadien.

BrassensREDUX, c’est Brassens que je refais d’une autre façon : je le traduis et l’interprète en anglais, la langue de ma terre adoptée. Si tout francophone qui se respecte connaît Georges Brassens au moins un peu, ce n’est pas le cas des anglophones, mes compatriotes depuis longtemps. Il était temps d’élargir la présence de Brassens en anglais et c’est ce que j’ai entrepris dès 2002.

J’interprète aussi le répertoire de Brassens dans son français d’origine que je n’oublie pas pour autant. Vous pouvez découvrir sur ce site mes traductions anglaises à date, et en écouter aussi.

Coup de chapeau à Leonard Cohen

C’est en chantant Cohen, qui plus est en français, que j’ai d’abord grimpé sur scène. C’est aussi en traduisant Cohen de l’anglais au français que j’ai décidé que de traduire Brassens du français à l’anglais était une évolution logique. La suite est sur ce site, quant à Cohen, le voici.

didier-Cohen2

photos: Christian Kuntz
J’apprécie grandement l’énergie et le talent que tu déploies à faire connaître mes gaudrioles chez nos lointains cousins d’outre Atlantique. Mais en écoutant tes interprétations si personnelles, ta voix impressionnante, tes accompagnements énergiques et les fougueux ponts musicaux dont tu prolonges, à la guitare, mes couplets, je ne peux m’empêcher de penser, comme plusieurs, que même dans leurs versions originelles en français, ton tour de chant serait déjà remarquable et te classerait parmi mes interprètes d’exception.” Georges Brassens, post-mortem on Dialogus