Didier Delahaye presents the works of Georges Brassens

Brigit


Brigit

When I took a fresh homemade apple pie over to Brigit She had already left to go out for dinner, damn it! With my little pie, I looked like a faw-king eejit With my little pie, I looked like an eejit.

When I went to sing a sweet serenade over to Brigit She had already left to go to a concert, damn it! With my little song, I looked like a faw-king eejit With my little song, I looked like an eejit.

When I took a bicycle as a gift over to Brigit She had already left to buy herself a car, damn it! With my little bike, I looked like a faw-king eejit With my little bike, I looked like an eejit.

When I arrived for a romantic date over with Brigit She had already found another guy to love, damn it! With my lil’ bouquet, I looked like a faw-king eejit With my lil’ bouquet, I looked like an eejit.

When I went jealousy stricken to blow the brains of Brigit She had already died of an exotic flu, damn it! With my little gun, I looked like a faw-king eejit With my little gun, I looked like an eejit.

When I went mournfully to the graveyard to bury Brigit She had already gone and risen from the grave, damn it! With my little wreath, I looked like a faw-king eejit With my little wreath, I looked like an eejit. With my little wreath, I looked like a faw-king eejit Eejit or no eejit, the hell with Brigit!

© Didier Delahaye, 2004

Marinette

Quand j´ai couru chanter ma p’tit’ chanson pour Marinette La belle, la traîtresse était allée à l’opéra Avec ma p’tit’ chanson, j’avais l’air d’un con, ma mère Avec ma p’tit’ chanson, j’avais l’air d’un con.

Quand j´ai couru porter mon pot d’moutarde à Marinette La belle, la traîtresse avait déjà fini d’dîner Avec mon petit pot,  j’avais l’air d’un con ma mère Avec mon petit pot, j’avais l’air d’un con.

Quand j’offris pour étrenne un’ bicyclette à Marinette La belle, la traîtresse avait acheté une auto Avec mon p’tit vélo, j’avais l’air d’un con, ma mère Avec mon p’tit’ vélo, j’avais l’air d’un con.

Quand j’ai couru tout chose au rendez-vous de Marinette La bell’ disait: “J’t’adore” à un sal’ typ’ qui l’embrassait Avec mon bouquet d’fleurs,  j’avais l’air d’un con, ma mère Avec mon bouquet d’fleurs, j’avais l’air d’un con

Quand j’ai couru brûler la p’tit’ cervelle à Marinette La belle était déjà morte d’un rhume mal placé Avec mon revolver, j’avais l’air d’un con, ma mère Avec mon revolver, j’avais l’air d’un con.

Quand j’ai couru lugubre à l’enterr’ment de Marinette La belle, la traîtresse était déjà ressuscitée Avec ma p’tit’ couronn’, j’avais l’air d’un con, ma mère Avec ma p’tit’ couronn’, j’avais l’air d’un con.

Georges Brassens, 1956 © Éditions Musicales 57

Original album (25cm LP)

[column size=”1-3″ last=”0″ style=”0″] Georges Brassens, n°4[/column] [column size=”1-3″ last=”0″ style=”0″]

SIDE 1
Je m’suis fait tout p’tit
Auprès be mon arbre
Marinette (J’avais l’air d’un con)
Le Testament

[/column] [column size=”1-3″ last=”1″ style=”0″]

SIDE 2
Les Croquants
La Légende de la Nonne
Le Nombril des femmes d’agents
Colombine

[/column]